Marjorie Lombard
Docteure en psychologie, spécialisée en psychanalyse
Psychologue clinicienne et psychothérapeute
Sexologue, sexothérapeute et membre de la commission "santé sexuelle des femmes" (CFHTB)
Chargée d'enseignements universitaires et formation pour la FFPP
Marjorie Lombard
Docteure en psychologie, spécialisée en psychanalyse
Psychologue clinicienne et psychothérapeute
Sexologue, sexothérapeute et membre de la commission "santé sexuelle des femmes" (CFHTB)
Chargée d'enseignements universitaires et formation pour la FFPP

Ma recherche en Sexologie


DIU Sexologie clinique et sexothérapie - Mention santé sexuelle et droits humains

Université Paris Diderot – Faculté de médecine Bichat - 2021-2023
 

Présenté par : Marjorie LOMBARD sous la direction de Joëlle MIGNOT

Titre : 

« Les violences sexuelles infantiles, berceau ou tombeau des fantasmes érotiques ? »

Je vois donc je désire : Un pré-texte pour dire, dans l’après-coup de cet irreprésentable.

Résumé : Jadis nous nous serions peut-être amassés devant l’œuvre de Füssli mettant en scène le théâtre privé du clair-obscur d’une chambre, dévoilant un corps féminin contorsionné, sous le poids de l’incube. Rendus voyeuristes d’une scène de cauchemar, l’opportunité est offerte aux spectateurs et lecteurs de saisir l’allégorie pour questionner l’imaginaire érotique à l’œuvre chez les victimes survivantes de violences sexuelles infantiles. Telle une jument noire poursuivant le rêveur, le fantasme se fait « apparition », et rejoint, à cet égard, la clinique du trauma. Dans cet après-coup, l’évènement résonnerait-il tel un spectre fantomatique fragilisant l’imaginaire, réduisant le sujet en une marionnette articulée, sous le spectre de l’agresseur ? Un jeu de transformation peut-il être engagé par le sujet, devenu auteur et metteur en scène de son propre théâtre intime ? La clinique dévoile un imaginaire bercé par les viols précoces, quand il n’est pas, plus radicalement, agonisant. Qu'ils soient indicibles ou invisibles, le sujet n’a rien à dire. Ainsi, ouvrir la voie aux fantasmes égodystones n’est pas chose aisée, car s’y opposent habituellement gêne et silence, à moins qu’ils ne désertent littéralement la scène. Entre intrusion, érotisation atypique et pauvreté fantasmatique, cette recherche met la lumière sur une sexualisation défensive susceptible d’affecter la santé sexuelle. Or, le sexologue, garant d’une éthique professionnelle, ne peut « siéger » dans ce cinéma mental sans y avoir été convié. Nous interrogeons ainsi par la méthode du cas clinique l’empreinte laissée par ces violences sur le psychisme en mouvement de Cassandre, Sarah, Achille et Eve. Le déguisement fantasmatique, est-il encore à leur portée ? À moins que l’incube n’agisse comme un corps étranger colonisant l’espace psychique, au mépris du plus élémentaire des principes de plaisir… 


Réalisation & référencement Comment créer un site internet de psychologue

Connexion